C’est naturellement en arrivant à Paris que je me suis rendue compte à quelle point mon chez-moi me manquait. Seulement, c’est où, chez moi ? Et plus exactement, que suis-je ?

Car rien n’est simple dans mon pedigree. De nationalité française par mes parents expatriés en Belgique néerlandophone, née d’une mère flamande et d’un père français, j’ai néanmoins vécu les 25 premières années de ma vie en Flandres. Cela aurait pu rester simple si mon chauvin de Papa ne m’avait pas envoyée faire toute ma scolarité de l’autre côté de la frontière. A l’heure où l’Union Européenne n’était pas encore ce qu’elle était (quoique même aujourd’hui), les paperasses administratives furent mon lot quotidien dans ce passage de frontières permanent. Ce qui complique aussi la chose, c’est que d’une certaine façon, le Flamand se définit souvent par rapport à son cousin Néerlandais.  

Mais cela m’a aussi permis d’avoir un regard double (ou triple..) sur la société, les moeurs, les habitudes de ceux qui nous entourent… Une sorte d’ouverture d’esprit qui permet une compréhension plus large de ce qu’on ne connaît pas encore… Où l’on réalise que ce qu’on ne connaît pas n’est pas forcément mauvais, juste autre chose…

Ce sont ces différences culturelles entre les deux pays, voire avec d’autres que j’essaierai de vous montrer…

Publicités