Après avoir été les premiers à utiliser une Carte Vitale, à avoir informatisé les cartes d’identité, voilà que les Belges vont mettre en place d’ici la fin de l’année les chèques-resto électroniques !

Cela simplifiera la vie des employeurs, des commerçants et des utilisateurs, selon le ministre pour l’Economie et la Simplification administrative, Vincent Van Quickenborne.

Concrètement, les chèques-repas se présenteront sous la forme d’une carte bancaire avec un code PIN à introduire, lors de l’achat, dans un terminal déjà existant. Plus de tracasserie administrative pour les employeurs et les commerçants et plus de problème de perte ou de vol pour les utilisateurs. Si la carte est gratuite pour les travailleurs, les petits commerçants ne disposant pas de terminal bancaire devront dès lors investir dans un machine ou tout simplement refuser le paiement avec la carte.

D’autres avantages présentés par la carte: réception d’un courriel ou d’un SMS lorsque les montants du bénéficiaire arrivent à expiration (toujours trois mois de validité), possibilité pour les utilisateurs de consulter leur compte sur internet, délai de deux jours maximum pour rembourser les commerçants, plus de problème de remboursement d’argent aux clients et atout écologique puisque réduction de la consommation de papier.

Les commerçants et les employeurs décideront de la version qu’ils veulent privilégier. Le système papier cohabitera donc, dans un premier temps, avec le système électronique, la finalité étant tout de même de faire disparaître le chèques-repas papier à long terme. Plus de 1,3 million de travailleurs bénéficient de chèque-repas, atteignant jusqu’à 140 euros par mois par utilisateur. Depuis son apparition en 1965, le chèque-repas est l’avantage extralégal préféré des Belges.

Publicités